3 idées clés sur le Futur de l’Education par Saku Tuominen

A retenir, les 3 idées clés pour améliorer le futur de l’Education selon Saku :

  • 1- Accroître la coopération au niveau international pour éliminer les silos.
  • 2- Améliorer l’approche ascendante en donnant plus de libertés aux enseignants.
  • 3- Changer notre état d’esprit et accepter que tout ne fonctionnera pas.

Saku Tuominen, Hundred.org

Anaïs, What If Spirit: Quels sont les éléments clé concernant le Futur de l’Education ?  

Saku Tuominen, Hundred:

Tout d’abord, quand nous pensons à l’avenir de l’éducation, je crois qu’il faut se poser la question du pourquoi ?  Par exemple : « pourquoi enseignons-nous de cette façon? Pourquoi apprenons-nous? Pourquoi avons-nous besoin de ces compétences ? »

Chaque fois que vous discutez de la façon d’améliorer l’éducation ou d’aider les écoles à changer, vous devez toujours réfléchir à une question fondamentale: « quel est le but de l’éducation ? »

Et selon moi, la raison d’être (« purpose ») de l’Eduation est d’aider chaque enfant à s’épanouir dans la vie…

Ainsi, lorsque nous développons de nouvelles écoles, nous devons réfléchir: « comment pouvons-nous aider chaque enfant en 2030 ou 2040 ? »

La qualité de l’éducation ne se mesure pas seulement lorsque l’enfant quitte l’école, elle se mesure également sur le long terme : dans 10 ans, ou 15 ans après avoir quitté l’école. Quels types de compétences seront alors nécessaires ?

La question est donc : « à quoi ressemblera le monde en 2030 et 2040 ? » Et cette question est vraiment compliquée parce que les changements qui se produisent dans la société, partout dans le monde, sur tous les continents sont probablement plus importants qu’auparavant, en partie parce que le changement n’est pas linéaire, mais exponentiel ! Et personne ne sait avec certitude comment l’intelligence artificielle (IA) va changer la donne.

L’essentiel pour moi est de donc de comprendre comment l’IA va gérer le futur (du travail) et les compétences requises en 2030. Par conséquent, je pense que nous devrions :

1- Accroître la coopération au niveau international pour éliminer les silos.

Je pense que l’essentiel pour améliorer les écoles est de les rendre plus agiles.  Au niveau mondial, tout se passe dans le domaine de l’Education…en silos ! La Finlande est un silo, la France est un silo… Et il y a peu de coopération, par exemple entre la Finlande et la France, ou la Finlande et la Suède, etc.

2. Améliorer l’approche ascendante en donnant plus de libertés aux enseignants.

Si vous ne donnez pas aux enseignants la liberté, un certain degré d’autonomie, et si vous ne leur accordez pas votre confiance, alors les meilleurs finissent par partir,  ils se demandent :« pourquoi faire ? » Vous devez vous demander comment les gens s’épanouissent dans n’importe quel métier, au-delà de l’éducation… ce sont celles qui ont un sentiment d’autonomie et qui se disent : « je peux décider de la meilleure façon d’enseigner» et c’est le cas en Finlande, mais comme je l’ai mentionné plus tôt, le défi consiste à avoir des enseignants de qualité. Dans le futur, 30 millions d’enseignants seront nécessaires. Mais personne ne sait où trouver et former autant d’enseignants alors : « comment former des personnes que nous n’avons même pas ? » Ce ne sont pas des questions faciles…

3- Changer notre état d’esprit et accepter que tout ne fonctionnera pas

Si nous voulons améliorer l’Education, si nous voulons créer de nouvelles choses, nous devons accepter que tout ne fonctionne pas.

Or, aujourd’hui, lorsqu’il s’agit d’agir dans le domaine de l’Education, la question principale est toujours de savoir « comment pouvons-nous nous assurer que cela fonctionne » ? Nous ne le pouvons tout simplement pas ! Peu importe ce que vous faites, vous ne savez pas si cela fonctionnera !

L’un des problèmes auxquels nous sommes confrontés en matière d’éducation est que notre façon d’éduquer nos enfants, pour le moment, ne fonctionne pas, si vous pensez au futur du travail (« workplace ») en 2030. En effet, l’ensemble du système éducatif, dans tous les pays du monde est basé sur le monde industriel. Nous n’essayons pas d’encourager l’individualité de chaque personne, nous essayons de les rendre aussi semblables que possible, et les évaluons de la même manière.

Cependant, les compétences requises pour l’avenir sont différentes. Par exemple, il ne s’agit pas de connaître les bonnes réponses, mais de savoir poser les bonnes questions… La créativité, la curiosité etc. ne sont pas l’essence de nos écoles aujourd’hui…

Nous savons tous que nous devons faire un bond énorme. Mais lorsque nous faisons ce saut, nous devons comprendre que cela sera de manière désordonnée, que tout ne fonctionne pas. Nous devons être courageux, nous devons itérer, nous devons développer, et être conscients qu’il s’agit d’un processus en constante évolution.

Anaïs, What if Spirit: Quelles sont les questions importantes selon vous ?  

Saku Tuominen, Hundred: 

1. La question de l’implémentation : concrètement, comment ? 

Je pense que la question principale est toujours celle du « comment ». 

Je me suis rendu dans de nombreux pays, et il y a toujours cette discussion « nous devons changer les écoles, nous devons enseigner les 6Cs, 4Ps  et ainsi de suite…». Et tout le monde semble être d’accord. Mais la question principale est « comment faire en sorte que le changement, soit assez rapide et ne gâche pas tout le système ? » Donc, la principale question concerne celle de la mise en oeuvre : comment faire en sorte que le changement se produise à l’échelle mondiale et assez rapidement ?

2. Demandez directement aux enfants : comment voient-ils le monde ? 

Chaque fois que vous assistez à un événement dans le domaine de d’Education, un groupe est particulièrement absent : celui des enfants ! C’est pourquoi nous essayons vraiment d’être ouverts à leur opinion et dialoguer avec eux. Après tout, nous nous intéressons à leur vie… ils ont sans doute une opinion à ce sujet pour eux-même. Nous ne leur posons pas assez de questions, or :

  • 77% d’entre eux pensent que nous ne leur avons pas enseigner les compétences dont ils ont besoin pour le monde de demain,
  • 56% pensent que les écoles devraient enseigner davantage sur les sujets de developpement durable.

Ce sont des messages forts.

Anaïs, What if Spirit: Pouvez-vous nous présenter Hundred.org ? 

Saku Tuominen, Hundred : L’objectif de Hundred est d’être le principal expert mondial en matière d’éducation évolutive d’ici 2020.

Nous nous concentrons sur des recherches qui apportent des réponses à des questions telles que:

  • Quel genre de compétences devrions-nous enseigner ?
  • Comment devrions-nous enseigner les mathématiques, les STEM, etc.
  • Comment évaluer ces compétences ?
  • Comment continuer à former les enseignants? Comment créer de nouveaux types de modèles pour aider les enseignants à enseigner ?
  • A quoi ressemble un bel environnement ? Comment utilisons-nous les villes comme environnement ?
  • Comment améliorer les communications entre les parents et les organisations ?
  • Comment mettre en place le changement.

Nous recherchons également des innovations dans ces catégories et essayons de les mettre en lumière, de les promouvoir.

Donc, si vous êtes un enseignant, un expert où que vous soyez dans le monde, et travaillez sur ces sujets…nous devrions être l’expert qui sait ce qui se passe et partage votre iniative. Nous avons mené près de 2 000 innovations dans 160 pays du monde. Nous discutons avec des enseignants et des directeurs pour identifier ce qui existe déjà.

Les innovations ne se propagent pas par magie, vous devez également les lancer. Nous offrons donc également des services d’accompagnement pour les gouvernements. Par exemple, si le sujet est « comment pouvons-nous enseigner l’empathie » ? Nous identifions ce qui existe et ce qui pourrait fonctionner dans ce contexte, dans ce pays, avec le type de budget et les différentes écoles.